Rechercher

Login

lundi, 21 mai 2018 17:03

Exposition Un Marchand, Un Artiste - La Galerie MLD ANTIQUITÉS présente une table Tric-Trac époque Directoire

Tric Trac formant bureau, époque Directoire, estampillé Jacob Freres Rue Meslée circa 1798

Nous avons le plaisir de vous présenter une intéressante et décorative table à jeu de Tric-Trac formant bureau en acajou et placage d’acajou. Notre table à jeux dispose d'une partie jeu de Tric-Trac à décor de marqueterie d’os et de bois de placage buis, sycomore et ébène teinté et d'un plateau amovible qui, quand il est mis en place permet d'utiliser la table comme un petit bureau d'un côté ou de l'autre face comme une table à jeu de cartes.

La table repose sur des pieds gaines terminés par des sabots et des petites roulettes en bronze doré

Ce joli meuble est fourni avec des jetons et un beau godet.

Dimensions: Longueur 114 cm - Largeur 55 cm - Hauteur 72 cm.

Beau travail parisien d'époque Directoire estampillé de Jacob Freres Rue Meslée vers 1798.

JACOB FRÈRES :

Les deux fils de Georges Jacob, Georges II (1768-1803) et François-Honoré-Georges (1770-1841), s'associent en 1796 pour reprendre l'atelier de leur père sous la raison sociale et l'estampille: "Jacob Frères Rue Meslée".

jacob-frere.png

Dans l'entreprise qu'ils dirigèrent ensemble jusque vers la fin du Consulat, l'aîné (Georges II Jacob) s'occupa de l'administration commerciale et le second de la partie technique. François-Honoré-Georges se faisait appeler Jacob-Desmalter, du nom d'une propriété que son père possédait en Bourgogne.

Le général Bonaparte, en revenant d'Italie, commanda aux frères Jacob, pour sa chambre à coucher, rue Chantereine, un curieux mobilier militaire dont le lit simulait une tente et les sièges des tambours.

Plus tard le Premier Consul fit appel aux mêmes ébénistes pour remeubler les anciennes résidences royales dévastées par la Révolution.

Après avoir produit jusqu'alors des ouvrages d'un goût très sobre, qui valaient surtout par le caractère et la pureté du style, les Jacob commencèrent à fabriquer des pièces plus richement ornés de sculptures et de bronzes, qu’ils les relevèrent parfois avec des incrustations en bois de couleur et de bas-reliefs de porcelaine imitant les biscuits de Wedgwood.

Une médaille d'or leur fut décernée à l’exposition de l'an IX, où ils avaient présenté notamment deux commodes garnies de camées. Ils se surpassèrent au concours le l'année suivante. Leur envoi comprenait, entre autres morceaux, plusieurs trépieds en brûle-parfums et une somptueuse console de bois sculpté et doré, couverte d'une mosaïque italienne.

MUSÉES

Deux fauteuils en acajou, dossier ajouré à croisillons - Château de Compiègne
Salon comportant une chaise longue, deux bergères, deux fauteuils, deux chaises, un tabouret et un guéridon livré vers 1798 à Madame Récamier - Louvre

BIBLIOGRAPHIE

Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934

 

Cliquez pour en savoir plus

doigt

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.