Search

Login

Johannès Son Lavandière au bord du Pont de la Loue huile sur toile vers 1920

Proposed by 
  • Gallery Number: 82 83 et 84 - Allée 1
  • Gallery Name: MLD Antiquités
  • Period: 20th century
  • Style: -
  • Size: Sans cadre Hauteur 54 cm - Longueur 81 cm. Avec cadre Hauteur 70 cm - Longueur 95 cm.
  • Material: Huile sur toile
  • Place of origin: France
  • Signature: Johannès Son
  • Price: Nous consulter

Johannès Son Lavandière au bord du Pont de la Loue huile sur toile vers 1920

 

Beaucoup de qualité dans cette très belle huile sur toile représentant un paysage du Doubs, une lavandière au bord de l’eau avec en fond un pont sur la Loue. Paysage de la commune de Vuillafans.

 

Notre tableau est signé en bas à gauche par Johannès Son, peintre Lyonnais. Johannès Son a dédicacé ce tableau à Adolphe Giroud Membre de la Chambre des Députés de 1906 à 1928 en tant que Député de Pontarlier (Doubs).

 

Dimensions : sans cadre Hauteur 54 cm - Longueur 81 cm.

                      avec cadre Hauteur 70 cm - Longueur 95 cm.

 

Biographie :

 

JOHANNES SON ( 1859/1942 ) : Jean Antoine dit Johannes Son est un peintre né à Lyon en 1859, il reçoit des leçons de peinture de Bernard Pingeon et expose pour la première fois au Salon de Lyon en 1886. 

Il exposera au Salon de Paris en 1892, il entre dans un le célèbre  atelier parisien d’Edmond Yon, en 1894, peintre paysagiste et graveur sur bois. 

 

Il exposera tous les ans au Salon des Artistes Français, puis à partir de 1911, au Salon de la société Nationale et obtient de nombreuses médailles. 

 

Il fut surnommé Peintre de la douceur, de la tendresse et du silence. 

 

Il mourut à Bourg en bresse en 1942. Au décès de Johannès Son, 131 tableaux dont 61 de sa main sont entrés au musée de Brou, à Bourg en Bresse.

 

 

Un peintre de couleur nature

 

Devenu peintre paysagiste, malgré l’opposition paternelle, Johannès Son a légué une oeuvre harmonieuse, vibrante et poétique.

 

Ala veille de Noël 1859, Jean-Antoine, dit Johannès Son, naît à Lyon. En 1862, son père, entrepreneur de travaux publics vient construire la voie ferrée Bourg/Lons-le-Saunier. La famille Son s’installe alors dans notre ville. En terre bressane, Johannès Son trouve très tôt des sources d’inspiration. Séduit par les arbres immobiles, les eaux dormantes, les prairies en fleurs… il rêve d’une vocation artistique. Au collège de Bourg, actuel lycée Lalande, il suit les cours de dessin du professeur Bernard Pingeon et est excellent élève. “La géométrie sembla l’intéresser autant que les belles lettres - il eut un joli talent poétique - mais l’art fut l’objet de toutes ses prédilections et il mérita tous les prix de dessin sans que cela fît tort à sa culture générale” témoigne Georges Normandy. En 1878, Johannès Son décroche son baccalauréat ès-lettres et souhaite intégrer les Beaux-Arts de Lyon. Son père s’y oppose fermement. A l’instar des bourgeois de l’époque, il ambitionne pour son fils une carrière sans aléa. Finalement, Johannès fait son Droit et obtient sa licence en 1883.

 

Vocation picturale

 

A l’issue de son service militaire, il regagne Bourg, partage son temps entre la banque paternelle et l’art. Régulièrement, il s’échappe pour peindre du côté de Pont d’Ain… En 1886, il expose pour la première fois au Salon de Lyon. Les années suivantes, il essuie des refus, réalise que pour faire carrière il lui faut suivre un enseignement artistique. En 1894, il devient l’élève d’Edmond Yon (1836-1897) peintre paysagiste et graveur sur bois, partage sa vie entre Bourg et Paris, entre la maison familiale du boulevard de Brou à Bourg et son atelier parisien de la rue Fontaine, au flanc de la Butte-Montmartre. “J’adore la nature, les grands bois, les eaux, les plaines du cher pays de

ma jeunesse et toutes les beautés des autres pays ! Mais je ne crains pas l’agitation de Paris” écrit Johannès. Peinture à l’huile, gravure et pastel, sa production est éclectique, mais les thématiques constantes. Natures mortes, bouquets mais surtout paysages ont sa préférence. Les tendres lumières matinales, la douceur du crépuscule sur les bords de l’Ain, les étangs de la Dombes et les blés dorés de la Bresse… sont d’intarissables sources d’inspiration.

 

Reconnaissance d’un talent

 

Emporté par le désir de changer d’éclairage, de motif, il parcourt la France, la Belgique, la Hollande, la Suisse et l’Italie… De ses voyages comme de ses séjours en Bresse, il rapporte des toiles claires, harmonieuses, vibrantes et poétiques. Sa peinture est lisible et facile d’accès.  “Il recherchait surtout une coloration agréable, harmonieuse, un peu précieuse… et lui sacrifiait délibérément… la sûreté de la perspective” écrit un de ses amis membre, comme lui, de la société d’Emulation. 

A Paris, en province, à l’étranger, partout il expose, obtient mentions et médailles. Outre ce talent pictural, il écrit poèmes, biographies d’artistes locaux (Antoine Chintreuil, Gustave Doré…) et articles de journaux… 

A 83 ans, il meurt. Selon ses volontés testamentaires, sa propriété burgienne - sise au 46 bd de Brou - et ses oeuvres sont léguées à l’Académie de Mâcon. Elle doit en faire une maison de retraite ou de travail en faveur d’un artiste sans fortune qui serait nommé conservateur de ce musée Johannès Son. En 1956, la Ville de Bourg décide de créer une école maternelle nécessitant l’acquisition, par voie d’expropriation, de la propriété Son. La maison de l’artiste est vendue, rasée et une soixantaine d’oeuvres de Son et sa collection personnelle où figurent, entre autres, des peintures de Boulanger, Courbet, Daubigny… léguées au musée de Brou.

 

Sources : Bibliothèque d’histoire de l’art du musée de Brou.

• “Johannès Son”, Georges Normandy, éd. du Livre moderne, 1942.

• “L’Ain, ses peintres d’hier”, édité par les Amis de Brou et le musée de Brou de Bourg-en-Bresse, 1998.

 

 

Oil on Canvas Johannès Son « Lavandière au Bord du Pont de la Loue » Circa 1920

 

A fine quality in this very beautiful oil on canvas depicting landscape of the Doubs (France), the washerwoman near the water, and the bridge on the Loue River. Landscape of the city of Vuillafans.

 

Our painting is sign the lower left by Johannès Son, french painter. He dedicated his painting to Adolphe Giroud Chambre of Deputies member from 1906 till 1928 as Deputy de Pontarlier (Doubs).

 

Original canvas.

 

Size unframed : W 31.88 In. - H 21.25 In.

Size with frame : W 37.40 In. - H 27.55 In.

 

Biography : 

 

JOHANNES SON ( 1859/1942 ) : Jean Antoine called Johannes Son is a french painter born in Lyon in 1859. 

Pupill of Bernard Pingeon and displayed for the first time to the Lyon Show in 1886.

He will expose to the Paris Show in 1892. In 1894, he entered in the famous Parisian workshop of Edmond Yon, landscape painter and engraver on wood.

He will expose every year to The French Artists Show, and from 1911 to The National Company Show and obtains numerous medals.

 

He was the Painter of the sweetness, of the tenderness and of the silence.

 

He died in Bourg-en-Bresse in 1942. 61 paintings of this painter are kept to the Brou Museum in Bourg en Bresse.

 

Coordonnées

  • Galerie n° : 82, 83 & 84 - Allée 1
  • Nom : Debono
  • Prénom : Laurence & Marc
  • Téléphone Portable : +33 (0)6 07 57 42 55
  • Téléphone Fixe : +33 (0)1 40 10 83 63

Pour parcourir le catalogue de l'antiquaire : cliquez ici

Website: www.parisantique.com Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NOTE ! This site uses cookies and similar technologies.
If you do not change the settings of your browser, you agree.