Rechercher

Login

Simon Saint Jean huile sur toile Nature Morte aux Fruits vers 1830-1840 VENDU

Dans Peintures
Proposé par 
  • N° de Stand: 82 83 et 84 - Allée 1
  • Galerie: MLD Antiquités
  • Siècle: 19ème Siècle
  • Époque/Style: Charles X
  • Dimensions: Sans cadre Hauteur 65 cm - Longueur 81 cm Sans cadre Hauteur 65 cm - Longueur 81 cm
  • Matériaux: Huile sur toile
  • Signature: Simon Saint Jean
  • Prix: Nous consulter

Simon Saint Jean huile sur toile Nature Morte aux Fruits vers 1830-1840

 

Une très belle et très décorative huile sur toile, représentant une « Nature Morte aux Fruits » signée en bas à gauche par Simon Saint Jean. 

Beaucoup de qualité dans cette nature morte aux melon, pêche, poire, raisin et prune sur un entablement décoré de feuilles de vigne, d’un des plus fameux peintre lyonnais du XIXeme siècle, dont le travail est exposé dans de nombreux prestigieux musées.

 

Notre tableau est un excellent état générale, il a été nettoyé et rentoilé afin de le préserver de l’usure du temps.

 

Splendide école française du milieu de la première partie du XIXeme siècle, signée en bas à gauche par Simon Saint Jean.

 

Dimensions :  Sans cadre Hauteur 65 cm - Longueur 81 cm

Avec cadre Hauteur 82 cm - Longueur 98 cm 

 

Simon Saint-Jean est un peintre français né à Lyon le 14 octobre 1808, mort à Écully le 3 juillet 1860.

 

Biographie

 

Simon Saint-Jean est le fils d'Antoinette Potin et Jean-Marguerite Saint-Jean (Millery 1780- Lyon 1815), tonnelier. Il perdit son père très jeune. Il entra à 14 ans à l'école de Beaux-Arts de Lyon où il apprit le dessin grâce à l'enseignement de Pierre Révoil et d'Augustin Thierriat. Il y a remporté les premiers prix dans des concours de fleurs et une médaille d'or à 18 ans.

Après sa sortie de l'école, il entra dans l'atelier de soierie de François Lepage où il a continué ses études.

En 1834, il participa à sa première exposition de tableaux au Salon de Paris et remporta une médaille de 2e classe.

Ayant perdu son père, sa mère et sa sœur Antoinette alors qu'il n'avait que 21 ans, il se maria en 1837 avec Camille Belmont, fille d'un riche soyeux lyonnais, Jean-Nicolas Belmont, et d'Anne-Marie Terret.

Exposant en 1841 le tableau Vase rempli de fleurs au Salon, il remporta de nouveau une médaille de 2e classe. En 1842, Théophile Gautier loua le tableau Tête de Christ dans un médaillon entouré des emblèmes eucharistiques présenté au Salon de 1842 mais avec quelques réticences. Après le Salon de 1843. Il avait réalisé les tableaux La Vierge aux fleurs et Le Christ aux raisins. On l'a alors loué dans L'Artiste, La Presse. Sa réputation va alors grandir et amener l'attention sur lui du baron Scipion Corvisart, fils adoptif de Jean-Nicolas Corvisart. Il tenait un salon couvrant aussi un marché de tableaux. Il décida de lancer Simon Saint-Jean qui a reçu cette année-là la Légion d'honneur. Le tableau Guirlande de fleurs suspendue autour d'une niche gothique de la Sainte-Vierge a alors assuré la gloire du peintre. Grâce à Laneuille, le marchand de Corvisart, il va s'imposer d'abord sur le marché belge et hollandais puis il l'introduisit sur le marché anglais et fit entrer ses tableaux dans la collection du marquis d'Hertford. Ses tableaux se retrouvaient dans les collections des princes Demidoff, Radziwill, Galitzine, etc. En France, ses tableaux sont achetés par le duc de Morny, Paul Perier1, et Pillet-Will.

Mais en 1845, Charles Baudelaire va critiquer les tableaux de Simon Saint-Jean. Baudelaire n'a jamais rencontré le peintre. Pour le Salon de 1845, il a écrit :

Saint-Jean qui est de l'école de Lyon, le bagne de la peinture - l'endroit du monde où on travaille le mieux les infiniment petits. Nous préférons les fleurs et le fruits de Rubens, et les trouvons plus naturels Du reste le tableau de M. Saint-Jean est d'un fort vilain aspect, c'est monotonement jaune? Au total, quelque bien faits qu'ils soient, les tableaux de M. Saint-Jean sont des tableaux de salle à manger, mais non des peintures de cabinet et de galerie ; de vrais tableaux de salle à manger.

Dans le texte du Salon de 1846, Baudelaire a été aussi critique sur les tableaux de Simon Saint-Jean en lui reprochant l'usage excessif du jaune.

À partir des critiques de Baudelaire, la critique parisienne va prendre ses distances avec le peintre, et en particulier trouve l'usage de la couleur jaune excessive. Par contre la critique lyonnaise a continué à louer son art.

Il exposa six tableaux à l'Exposition universelle de 1851.

Il perdit sa femme en 1855 ce qui le plongea dans une grande tristesse et dans une maladie de langueur.

Il est reçu en 1855 à l'Académie de Bruxelles au fauteuil de Van Huysum. Au Salon de 1855 le jury ne lui accorda une nouvelle fois que la médaille de 2e classe, mais le ministre d'État lui transmit officiellement la médaille de 1re classe.

Le 24 juin 1856, il est reçu à l'Académie de Lyon où, il prononce son discours de réception, intitulé De l'influence des Beaux-Arts sur l'industrie lyonnaise.

 

  • Saint-Jean, peintre de fleurs, p. 83-85, dans Le Magasin Pittoresque, Trentième année, 1862
  • Émile Bellier de La Chavignerie, Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, Tome 2, p. 452, Librairie Renouard, Paris, 1885
  • Les Peintres de l'âme: art lyonnais du xixe siècle, p. 54-60, Musée des Beaux-Arts de Lyon, Lyon, 1981 ; p. 225
  • Bruno Foucart, Le renouveau de la peinture religieuse en France, 1800-1860, Arthéna, 1987 ; p. 443
  • (en) Elisabeth Hardouin-Fugier, Simon Saint-Jean, 1808-1860, F.Lewis Publishers, Leigh-on-Sea, 1980 ; p. 52
  • Elisabeth Hardouin-Fugier, Baudelaire et Simon Saint-Jean, p. 3-11, dans Bulletin Baudelairien, été 1978
  • Augustin Thierriat, Galerie des peintres lyonnais, p. 54-55, Imprimerie Louis Perrin, Lyon, 1851

 

Quelques tableaux

 

  • Fruits et fleurs, Salon de 1834,
  • Bouquet sur une tombe, Salon de 1835,
  • Tableau de fruits, Salon de 1838,
  • Gibier mort, Salon de 1838,
  • Jeune fille portant des fleurs, Salon de 1839 (musée de Lyon),
  • Fleurs dans une écorce confiées à un ruisseau, Salon de 1839,
  • Compagnie de perdrix rouges, Salon de 1840,
  • Vase Médicis, Salon de 1841 (musée de Lyon),
  • Panier de fraise, Salon de 1841,
  • Tête de Christ dans un médaillon entouré des emblèmes eucharistiques, Salon de 1842 (musée de Lyon),
  • Guirlande de fleurs suspendue autour d'une niche gothique de la Sainte-Vierge, Salon de 1843,
  • Fleurs et fruits près d'un bas-relief, Salon de 1844,
  • Fruits et fleurs, Salon de 1845 (musée de Dijon), réexposé en 1855,
  • Ceps de vigne entourant un tronc d'arbre, Salon de 1846,
  • Fleurs dans un vase, Salon de 1846,
  • Fruits dans un parc, Salon de 1852,
  • Bouquet dans une grotte', Salon de 1852,
  • Vase de fleurs contenant des orchidées, des roses, des pavots, Salon de 1852 (musée de Lyon),
  • Les fleurs dans les ruines, Salon de 1855 (musée du Louvre),
  • La récolte, Salon de 1855,
  • Un panier de roses est déposé sur un bas-relief, Salon de 1855,
  • Fleus et fruits, Salon de 1855,
  • Les fleurs des tombeaux, Salon de 1855,
  • Framboises et oranges, Salon de 1855,
  • Raisons, Salon de 1855,
  • Le bénitier, Notre Dame des Roses, Salon de 1855 (musée du Luxembourg),
  • Fleurs, 1856, huile sur toile, 47 × 38 cm, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg2
  • Panier de fraises renversé, Salon de 1857,
  • Melon, framboises, Salon de 1857,
  • Le raisin en espalier, Salon de 1857,
  • Le bouquet dans le bois, Salon de 1857,
  • La Vierge à la chaise, médaillon en bois sculpté orné de fleurs, Salon de 1859,
  • Fleurs dans un chapeau, musée de Rouen

 

 

 

 

 

Simon Saint Jean Oil on Canvas Still Life with Fruits Circa 1830-1840

 

Beautiful and very ornamental oil on canvas, depicting a " Still life in Fruits " signed on lower left by Simon Saint Jean.

Fine quality in this still life in melon, peach, pear, plum and vine leaves on a m arble Ledge by one of the most famous painter of Lyon in 19th century, the work of which is exposed in of numerous prestigious museums.

 

Gorgeous french work signed by Simon Saint Jean circa 1830-1840

 

Our painting is an excellent condition, it was cleaned and mounted in a new canvas to protect it from the wear of time.

 

Measures unframed   : W 31.88 In. - H 25.59 In.

Measures with frame : W 38.58 In. - H 32.28 In.

 

Simon Saint-Jean (1808 - 1860)

 

Place of Birth: Lyon, France

Place of Death: Écully near Lyon, France

 

French painter

Work period Romanticism

 

Biography

 

A pupil of the École des Beaux-Arts in Lyon, where in 1826 he won a gold medal for flower painting in the class of Augustin-Alexandre Thierriat (1796-1871), he began his career as a designer for the textile firm of Didier Petit.

He first exhibited his flower pieces in 1827 and in the following decade established himself as one of the leading artists and teachers in Lyon, which was renowned for its flower painters. Although he worked mainly in Lyon, he enjoyed the patronage of wealthy collectors in Paris and abroad. Six of his flower and fruit pieces were exhibited in 1851 at the Great Exhibition in London and at the 1855 Exposition Universelle in Paris, where he won a gold medal, nine of his paintings were shown.

Lenders to the Paris exhibition included Napoleon III and the Empress Eugénie, the French state and the 4th Marquess of Hertford.

 

Works of Art

 

Some paintings

 

  • Fruits et fleurs, Salon de 1834,
  • Bouquet sur une tombe, Salon de 1835,
  • Tableau de fruits, Salon de 1838,
  • Gibier mort, Salon de 1838,
  • Jeune fille portant des fleurs, Salon de 1839 (musée de Lyon),
  • Fleurs dans une écorce confiées à un ruisseau, Salon de 1839,
  • Compagnie de perdrix rouges, Salon de 1840,
  • Vase Médicis, Salon de 1841 (musée de Lyon),
  • Panier de fraise, Salon de 1841,
  • Tête de Christ dans un médaillon entouré des emblèmes eucharistiques, Salon de 1842 (musée de Lyon),
  • Guirlande de fleurs suspendue autour d'une niche gothique de la Sainte-Vierge, Salon de 1843,
  • Fleurs et fruits près d'un bas-relief, Salon de 1844,
  • Fruits et fleurs, Salon de 1845 (musée de Dijon), réexposé en 1855,
  • Ceps de vigne entourant un tronc d'arbre, Salon de 1846,
  • Fleurs dans un vase, Salon de 1846,
  • Fruits dans un parc, Salon de 1852,
  • Bouquet dans une grotte', Salon de 1852,
  • Vase de fleurs contenant des orchidées, des roses, des pavots, Salon de 1852 (musée de Lyon),
  • Les fleurs dans les ruines, Salon de 1855 (musée du Louvre),
  • La récolte, Salon de 1855,
  • Un panier de roses est déposé sur un bas-relief, Salon de 1855,
  • Fleus et fruits, Salon de 1855,
  • Les fleurs des tombeaux, Salon de 1855,
  • Framboises et oranges, Salon de 1855,
  • Raisons, Salon de 1855,
  • Le bénitier, Notre Dame des Roses, Salon de 1855 (musée du Luxembourg),
  • Fleurs, 1856, huile sur toile, 47 × 38 cm, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg2
  • Panier de fraises renversé, Salon de 1857,
  • Melon, framboises, Salon de 1857,
  • Le raisin en espalier, Salon de 1857,
  • Le bouquet dans le bois, Salon de 1857,
  • La Vierge à la chaise, médaillon en bois sculpté orné de fleurs, Salon de 1859,
  • Fleurs dans un chapeau, musée de Rouen

Coordonnées

  • Galerie n° : 82, 83 & 84 - Allée 1
  • Nom : Debono
  • Prénom : Laurence & Marc
  • Téléphone Portable : +33 (0)6 07 57 42 55
  • Téléphone Fixe : +33 (0)1 40 10 83 63

Pour parcourir le catalogue de l'antiquaire : cliquez ici

Site internet : www.parisantique.com E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.